Archive for août, 2011

LES VIDEOS – TENUES DU SOIR – TOUS LES ACCESSOIRES … DIRECTION AIX EN PROVENCE LA FOLRENCE PROVENCALE

AI EN PROVENCE LA FLORENCE PROVENCALE !!!

Tenue du Soir, Direction Aix en Provence !

Chargement…
402 vues

Ajoutée par le 25 août 2011

je m excuse pour la qualité de m….. de la lumiere de m….. lol gros bisous les filles :)

Suivez moi sur FB : http://www.facebook.com/profile.php?id=100000187416144

  • 9 aiment, 2 n’aiment pas

Commentaires de l’utilisateur ayant mis en ligne la vidéo (Chach04100)

tout afficher 

Tous les commentaires (17)

Connectez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant pour publier un commentaire !
  • Wow quel bombe !!!!

    lafurie63 il y a 1 jour
  • Superbe tenue, tu es magnifique!! Et la parure Swarovski a l’air juste sublime!! Et ce bracelet…j’en suis FAN tout simplement, des bisous!!

    mllesunshynn il y a 1 jour
  • Wouaw !!! Tu es juste trop belle, encore ! :)

    lil0u16 il y a 1 jour
  • Super Tenue ! :) <3

    Charlotte441000 il y a 2 jours
  • Coucou,

    Ce soir je serai la plus belle pour aller danser, danser !!!!!!! Trop belle, toute jolie tu vas faire fureur à ta soirée ! gros bisous nathy

    2vnathy il y a 2 jours
  • super tenue de soirée :) bisousss

    chacha56100 il y a 2 jours
  • J’ai reregardé ta vidéo j adore trop les chaussures en fait classes et sexy il faut que j en trouve des come ca obligé la robe j adore aussi l effet satin gris une de mes couleurs favorites tro canon

    stefanyloo il y a 2 jours
  • Ma cha d’amour, tu es magnifique, et ta robe sublime….. Les chaussures te font peut être mal aux pieds mais ça te galbe le mollets, un truc de ouff….

    Tu vas tous les faire tomber…..

    Bisous bisous ma cha cha

    Popinette78120 il y a 2 jours
Commentaires fermés

LE FACEBOOK DES PARFUMS D’AIX

les parfums d' aix

les parfums d’ aix

Santé/Beauté · Modifier les infos
    Commentaires fermés

    MADAME FIGARO

    Style Beauté Célébrités Société Art de vivre Blogs
    Newsletter Mardi 23 Août 2011
    Beauté
    C’est décidé, je délègue !
    Pour une rentrée sans stress, on s’allège la vie, on pratique le lâcher-prise et on se fait aider
    Femmes politiques, leurs secrets de rentrée
    Nathalie Kosciusko-Morizet, Rama Yade, Anne Hidalgo… Comment gèrent-elles la rentrée ?
    Un ballon pour la réinsertion
    Le coup d’envoi de la 9e édition de la Coupe du monde de football des sans-abri a été donné dimanche à Paris. Décryptage
    La carte énergie des business women
    Coaching diététique pour transformer les déjeuners d’affaires gastronomiques en « healthy meetings »
    Smart fun
    Tweed coloré, parka acidulée, cachemire gansé de jean… les bons basiques de la rentrée
    Tiendrez-vous vos résolutions sportives de la rentrée ?
    Douze questions pour le savoir
    Urban chic
    Petite sélection fashion de ce qui va compter cette saison

    À gagner

    Grand jeu Back To Work
    Gagnez tous les accessoires hommes les plus fashion pour la rentrée
    Suivez nous  sur Twitter Rejoignez nous sur Facebook
    [Alt-Text]

    Nos offres

    Sea, love & sun
    L’été n’est pas encore fini ! Lefigaro.fr/madame et Parship.fr vous offrent 1 mois d’accès gratuit pour rencontrer l’amour
    YOOX
    Back to school
    On prépare la rentrée des enfants avec yoox.com

    Recette du jour

    Dessert
    Blanc-manger aux amandes et aux fruits
    Cuisine Légère

    Top lecteurs

    1 JMJ go !
    2 L’été noir des people
    3 Salon Prêt-à-Porter Paris
    4 Barneys est Gaga de Noël
    5 Et pourquoi pas… Annecy ?

    En images

    Saint-Jean-de-Luz, dans les pas d’Isabelle Carré - Diaporama photo diaporama_photo 170392 L’été noir des people diaporama_photo 170500 diaporama_photo 170066
    Commentaires fermés

    DETENDEZ VOUS CHEZ VOTRE COIFFEUR- MANUCURE EN ECOUTANT DES HISTOIRES !!!!

    Votre Père

    Vu depuis les cieux : vous, moi, eux, nous et les autres.

    Père et fils

    Voici un courrier pas très simple, reçu par Votre Père :

    Bonjour mon Père,

    J’ai 24 ans et je suis marié à une veuve de 44 ans, laquelle a une fille âgée de 25 ans. Mon père a épousé cette fille, il est donc devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle fille est devenue ma belle-mère, puisqu’elle est la femme de mon père.
    Ma femme et moi avons eu en janvier dernier un fils. Cet enfant est donc en même temps mon fils, le frère de la femme de mon père, donc également le beau-frère de mon père. En conséquence, il est devenu mon oncle (puisqu’il est le frère de ma belle-mère).
    Mon fils est donc mon oncle.

    La femme de mon père a eu à Noël un garçon, qui est à la fois mon frère (puisqu’il est le fils de mon père), et mon petit-fils (puisqu’il est le fils de la fille de ma femme). Je suis ainsi le frère de mon petit-fils, et comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle-ci, je suis donc le père de ma femme et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père.

    Pouvez vous m’aider à me comprendre ?

    Ah que je suis malheureux !

    Auto calino-thérapie ?
    Ou
    Auto limito-thérapie ?
    Quand je me plains, quand je fais de l’auto-compassion … c’est bien pratique ! Mais, je me fais du bien ou je me limite ? A moins que je ne culpabilise mon entourage, sans le vouloir …
    Faute d’écoute, faute d’un autre pour nous plaindre, nous le faisons nous-mêmes. Tranquillement replié sur notre mal-être, nous remâchons ces idées noires qui nous rassurent. Je suis une victime, ce n’est pas de ma faute : c’est bien confortable comme posture.
    Hélas, le courant qui nous porte et nous fait réussir, est un courant de vie, d’espoir, positif, optimiste et toujours en marche.
    Se plaindre, c’est s’arrêter sur soi et stopper la marche du temps sur un événement négatif issu du passé. C’est se créer une spirale négative et ne plus agir. Se plaindre ne change rien, au contraire : c’est remettre à vif la plaie qui ne demandait qu’à se refermer.
    Votre Père vous conseille :

    La vie réelle est devant toi, sois joyeux, avance, crée ton bonheur, aie foi en toi.
    Tu réussiras si tu crois en toi !

    3 – Le départ

    Les Allumés de la Paix
    Chronique ruralo-décalée d’un certain bonheur


    Assise sur son lit, Germaine trie dans son linge et ses souvenirs. Intraitable, Rolland juge de ce qui est mettable ou pas et deux piles inégales se forment devant le jeune couple.
    « Tu vois, dit Rolland en désignant le tas le plus important, tout ce qui est la, c’est à jeter. Tu avais vraiment un look de bonne sœur, hein ?  »
    « N’exagère pas quand même ! »
    Rolland sourit et désarmée, Germaine admet. Elle constate sombrement que dix années d’une vie sans joie, ne prennent pas beaucoup de place. L’absence de bonheur manque de relief et les vies plates s’inscrivent en creux dans l’histoire des gens.
    Ils ont pris la décision de quitter ce triste meublé, pour aller s’installer dans le petit mas que Rolland squatte au milieu des vignes. Pour Germaine qui a toujours payé un loyer, cette perspective est aussi amusante qu’inquiétante, mais derrière son nouvel homme elle est prête à toutes les aventures.
    C’est à demi rassurée qu’elle accueille sa propre propriétaire, convoquée fermement pour la remise des clefs. Celle-ci fera les frais des incertitudes de Germaine qui lui jettera à la tête le lit défoncé, taché et toujours vide d’homme, la tapisserie ringarde scotchée tant bien que mal, la gazinière moribonde et le chauffe-eau fantaisiste.
    Emportée par son élan, elle lui rappelle ses mesquineries et la verrue qu’elle porte au menton.
    La propriétaire reste souriante, car les vieux loyers sont peu rentables et ce départ inespéré lui permettra une juteuse augmentation, pour le prix dérisoire d’un coup de balais.
    Un peu gêné de cet éclat, Rolland se hâte vers la gare. L’orgue de Barbarie qui sert au transport  croule sous les paquets, et le déménagement a des allures d’exode. Quelques mètres derrière, deux chiens et un ivrogne mal dessaoulé les suivent, à tout hasard. Germaine s‘efforce d’avancer dignement, défiant ceux qu’elle rencontre de son regard de femme heureuse.
    Il n’est pas de poule plus prétentieuse, que celle qui vient d’apprendre à pondre !
    Après avoir placé son instrument dans le wagon a bagages, Rolland inspecte tout, s’assure de la bonne fixation de son fond de commerce et fait transmettre ses recommandations de douceur au conducteur, qui s’en fiche comme de sa première pelle à charbon.
    Le contrôleur qui assiste à l’embarquement reste stoïque. Pour avoir enchainé récemment deux grèves, un arrêt maladie de complaisance et trois semaines de congés, il possède d’importantes réserves de patience qu’il met au service de Rolland.
    On n’a pas tous les jours la chance d’observer des voyageurs aussi originaux
    Avec un dernier regard à son orgue, Rolland rejoint Germaine dans le compartiment voisin. Mal assis sur des banquettes trop étroites, ils se regardent et sont heureux. L’assurance d’être deux remplace parfois les projets d’avenir.
    Au travers des fenêtres baissées, les grincements du train et le chant des cigales bénissent joyeusement cet étrange voyage de noce.

    2 – Le premier jour

    Les Allumés de la Paix
    Chronique ruralo-décalée d’un certain bonheur

    Rolland se réveille dans le lit inconfortable de Germaine.
    C’est un de ces vieux lits trop haut, dont la boiserie vétuste respire l’encaustique. Les bourrelets du matelas de laine lui meurtrissent les côtes, et les draps de lin sont tellement rugueux qu’au petit matin il se sent rasé de frais.
    La chambre sent l’amour, l’église, et la lavande qui se dessèche dans l’armoire. Rolland imagine les piles de draps bien alignés, entre lesquels alternent les sachets d’herbes et d’antimite, les papiers de famille, le livret de caisse d’épargne et les images pieuses.
    Derrière les doubles portes du meuble bancal, c’est tout un passé sans avenir qui sommeille.
    Lettres enrubannées et jamais relues, cartes d’anniversaire expédiées par un lointain neveu en mal d’argent, certificats de garanties périmés et coupures de presse, voisinent avec les Saintes et les prières, en souvenir de quelques vœux jamais exaucés. Les draps encore neufs, héritage de famille, attendent en jaunissant une improbable descendance convertie à la couette, qui ne saura qu’en faire.
    Les aïeules de Germaine ont fait provision de linceuls.
    Prés de la fenêtre étroite, une antique coiffeuse au marbre fendu est transformée en hôtel des ancêtres.  On y trouve pêle-mêle les photographies retouchées d’un couple sévère et guindé, d’un jeune homme en tenue de militaire de musée et l’image de Sainte Rita, patronne des femmes stériles.
    Trois crucifix de tailles et de styles différents, semblent reproduire la mort du Christ, sous les yeux de Marie, enfermée pour l’éternité dans sa petite boule d’eau, les pieds dans la neige.
    Sur le socle du jouet une inscription assure : à Lourdes, nous avons prié pour vous – Made in Taiwan.
    L’inévitable canevas est accroché de guingois à la gauche du lit. C’est un paysage convenu de campagne à l’automne, ou prés d’un ruisseau, trois jeunes filles partagent leur gouter à l’ombre des arbres.
    Les couleurs sont incertaines, et les points irréguliers donnent à l’œuvre une perspective de peintre ivre qui invite au vomissement.
    En bas et à gauche, ont a fini le tableau en utilisant les restes de coton et depuis des années, un ruisseau déverse au bord du cadre poussiéreux, une eau rouge et noire d’un effet inquiétant.
    La porte du modeste deux pieces ferme mal, et Rolland entend sa compagne d’une nuit s’affairer dans sa cuisine. Coincé au creux profond du lit, il s’étire et revit sa nuit.
    Pour un homme d’expérience, Germaine n’est pas vraiment une affaire. Son manque de pratique en matière d’exercices amoureux se fait cruellement sentir, et la lecture assidue de la gazette paroissiale a peu apporté à Germaine dans ce domaine.
    Pourtant, Rolland est ému par la bonne volonté et la sincérité de cette femme. Lui qui a amassé au cours de ses longues années de célibat, assez de souvenirs coquins pour meubler une éternité de soirées solitaires, sait faire la différence. Apres toutes les blondes, brunes ou rousses qu’il a possédées, il découvre un bien-être qui lui est étranger.
    Ce matin, contrairement à ses habitudes, il ne fuit pas. Il n’ira pas non plus chanter sur le marché et c’est un peu aussi grâce à l’odeur de fricassée de lapin qui lui parvient.

    1 – La Rencontre

    Les Allumés de la Paix
    Chronique ruralo-décalée d’un certain bonheur
    Le joueur d’orgue chante.
    Péniblement accompagné des accords sans grâce d’un vieil instrument, il bredouille un répertoire vieillot et sans attrait. Il se sent seul, car il y a peu de monde ce matin sur ce marché Provençal.
    Les grincements de sa manivelle ne captivent personne et seul le marchand d’ail efféminé installé face à lui sous un parasol rose, lui témoigne un peu de sympathie.
    En ce moment où l’amour lui manque, Rolland regrette son hétérosexualité.
    Il chante et les sons aigus de son vieil instrument vrillent douloureusement son crâne étroit.
    Les mélanges d’alcool de la veille, lui laissent un souvenir nauséeux, agrémenté d’une migraine  luxueuse qui descend aux pieds, et même plus bas. Sous ses semelles, le goudron doit souffrir et Rolland voudrait une caisse d’aspirine, maintenant.
    En réalité, il n’est pas seul. Une meute de gamins dégénérés, boutonneux et laids, se poussent de leurs bras trop grands en se moquant de lui. Ils dégoulinent de bêtise adolescente et leurs cris sauvages couvrent sans peine la voix agonisante de l’artiste mal réveillé.
    Ces gosses sont plus barbares que son orgue. Pour ne pas pleurer, il cherche dans sa tête malheureuse un motif possible de se trouver bien.
    Pas de miracle.  Un coup d’œil dans le béret usagé posé devant ses pieds plats le désespère. L’absence de monnaie le ramène immédiatement à la triste réalité de son indigence.
    Rolland soupire. Il n’a pas d’argent, il a chaud et il a soif. Mais il est le seul à le savoir.
    _ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
    A l’autre bout du marché, Germaine trottine presque joyeusement. Son âme simple de vieille fille sans emploi déclaré, s’égaye des rayons du soleil et des odeurs du marché. Pour un peu, elle serait heureuse. Les poireaux qu‘elle vient d’acquérir sont de véritables merveilles.
    Serrant dans sa main moite les anses de son sac de skaï, elle se met en quête du marchand d’ail.
    Sans le vouloir, elle fredonne  » le petit vin blanc « , mêlant son timbre de crécelle aux chevrotements du joueur d’orgue.
    Le marchand d’ail n’a pas besoin de publicité, son haleine lui sert de pancarte. Guidée par la musique autant que par les effluves qui émanent du commerçant, elle se retrouve rapidement devant les tresses odorantes d’ail brun et vert.
    « Alors ma petite dame, on vient prendre les aulx ? »  s’exclame en rigolant le gai camelot qui depuis vingt ans s’efforce en vain d’amuser ses contemporains disgracieux avec cette vanne éculée.
    Germaine se dispense de répliquer, car l’achat qu’elle va faire requiert toute son attention. Pour une Provençale, l’acquisition d’une tresse d‘ail est un événement majeur qui peut marquer une année.
    L’ail doit être frais mais pas dur, piquant mais doux, beau et pas cher.
    Ses doigts crochus aux ongles rongés se posent successivement sur différentes qualités, les tâtant, appréciant les contours et la fermeté, tandis que l’œil avare en évalue la couleur et la forme.
    Soudain, c’est la révélation.
    Au moment ou elle repère au fond d’un cageot l’objet de toutes ses recherches, le chanteur derrière elle entame  » les roses blanches « .  Dans le cœur de Germaine que l’indifférence des hommes a pourtant endurci à jamais, les roses blanches (pour sa jolie maman) ont pris un statut a part.
    C’est SA chanson, SON crédo. Le signe que les saintes valeurs de la famille et de l’amour filial, restent éternelles dans une société qui se dégrade.
    Avec une vivacité qu’elle ne se connaissait pas, elle se retourne, le regard fier, la poitrine plate gonflée, tenant à la main telle une arme victorieuse une tresse d‘un ail superbe.
    Rolland, qui s’endormait en déroulant mécaniquement sa chanson dans le désintérêt général sursaute. Pour lui aussi, le choc est terrible !
    Tant d’années de solitude, tant d’errances sans but, tant de désillusions vont-elles prendre fin, sur ce petit marché peuplé de pécores pingres ?
    Rolland est ébloui. Sous ses yeux, une magnifique tresse d’ail et en même temps une femme !  Son regard glisse sur le bras trop maigre, les épaules étroites et s’arrête navré sur une poitrine que la pesanteur n’a pas épargnée malgré le manque de volume. Les hanches elles-mêmes semblent dissoutes dans l’ensemble, rien ne permettant de savoir à quelle hauteur se trouve exactement la taille.
    Germaine se sent gênée d’être déshabillée du regard par cet inconnu et de sa main libre elle tente de cacher ses chevilles, en tirant vers le bas la jupe qu’elle a soigneusement confectionnée (et ratée) elle-même. Pour la première fois depuis longtemps, un sourire apparait sur ses lèvres délaissées,  laissant voir une rangée de dents jaunies.
    Les battements de son cœur s’accélèrent, présageant d’une émotion inhabituelle et ses jambes tremblantes se dérobent, lui faisant esquisser une sorte de révérence involontaire.
    Hésitant entre le fou rire et l’attendrissement, Rolland contemple le tableau et accélère le rythme de sa chanson pour que le petit orphelin se dépêche d’offrir à sa maman agonisante, tout un champ de roses blanches. Il salue ensuite l’absence de foule et sur un dernier couinement de son orgue, il se dirige fermement sur Germaine.
    Les âmes simples ont cet avantage, qu’elles n’ont pas besoin de mots pour s‘entendre. En un seul regard, chacun comprend tout de l’autre.
    Sur ce marché de Provence, les vieux se souviennent très bien de ce jour.
    Un chanteur des rues poussait sa carriole d’une main et trainait de l’autre une femme souriante.
    Sur son orgue de Barbarie, par dessus les angelots de bois à la dorure craquelée, était posé un grand sac de skaï noir d’où dépassaient une tresse d’ail et une botte de poireaux.

    Amours de Gros

    Les gros peuvent aussi aimer et avoir envie d’être aimés …
    Sur le site de rencontre : qu’est ce que j’écris dans ma description ? Je mets ma photo, ou seulement un petit bout (un échantillon suffira).
    Dans mes préférences de loisirs, je coche restau, bouffe, gastronomie ?
    La drague
    A quoi j’ai droit ? A une grosse ?
    Une grosse aime-t-elle les gros ou puis-je espérer qu’elle soit plus indulgente ?
    Mais alors si je suis avec une grosse, on va former un couple monstrueux ?
    Pourquoi elles sont toutes toujours « pas prêtes » à chaque fois que je m’approche ?
    Questions :
    Pourquoi elle ne me regarde pas ?
    Pourquoi elle me regarde ?
    L’amour
    Petite femme et gros bonhomme :
    Comment font-ils ? …
    C’est sur le côté uniquement …
    Connaissez-vous les 3 stades de la fellation faite au gros à gros ventre :
    1) il ne voit plus son zizi au repos,
    2) il ne voit plus son zizi en érection,
    3) il ne sait même pas qui est à genoux devant lui.
    Les excuses
    Qu’est ce que je vais bien pouvoir inventer pour justifier mon poids ?
    (enfance malheureuse, hérédité, accident de la vie)

    Les activités en couple
    Dans les côtes : j’en ai bavé pour les monter, mais elle/il ne le sait pas
    Ma valise est plus lourde que celles des autres (des fringues de gros(se), c’est plus grand, çà pèse plus lourd)
    A la plage et à la piscine, l’obsession c’est « Comment éviter d’y aller ? »
    (Votre Père ne peut pas prétendre avoir ses ragnagnas).
    Enfin, être gros et se faire insulter par la femme ses rêves :
    C’est toujours : gros tas de graisse …
    Ah, qu’il doit être bon de se faire traiter de (gros) connard !

    Situations de Gros

    Votre Père, n’a pas fait tous les hommes à son image.
    Lui, il a plutôt le look d’un moine très bien portant du moyen-âge, amateur de bons plats et de produits de la vigne, si possible patiemment vieillis en fûts de chêne.
    Quand il vient se promener incognito sur terre (pour faire sa petite visite d’inspection), Votre Père est obligé de constater qu’il est considéré comme un GROS et qu’il est traité comme tel ….
    Voila quelques situations :
    Dans l’ascenseur une plaque annonce : 10 personnes, 800 kgs. Quelle insulte, il manque évidemment un zéro au 800 !
    Toujours dans l’ascenseur, une alerte de surcharge sonne. Qui regarde-t-on ? Le dernier monté ? Non, Votre Père, arrivé le premier mais « coupable » de peser trop lourd.

    Dans un magasin de vêtements : mais si Monsieur, j’ai votre taille s’exclame le vendeur ravi, comme s’il venait de découvrir la lune et mars en même temps !
    Exercice pratique : comment enfiler un pantalon dans une cabine d’essayage de 1M² quand on fait 2 m3?
    Ou encore :
    - « Tenez Monsieur, nous avons reçu ce petit modèle » annonce fièrement la vendeuse en exhibant une veste criarde à carreaux.
    - Heu, vous n’avez rien en noir ou en gris ?
    - Ben …non.
    Les grosses portent bien des robes à fleurs, alors pour les gros, vive les carreaux ! (et çà rime)

    Dans le sas de sécurité d’un établissement bancaire, la voix off : « une seule personne est autorisée en même temps dans le sas ». Merde, je suis tout seul !

    A la terrasse du café, mangeant un sandwich à 16h00 après une interminable réunion qui a empêché Votre Père de déjeuner. Commentaire d’un passant à sa femme : m’étonne pas qu’il soit gros, à bouffer des sandwichs à cette heure-ci !

    Au restaurant. Le serveur propose systématiquement la formule la plus riche : « Monsieur Votre Père prendra la formule entrée, plat, fromage, dessert, vin, café » ? Et les voisins en rajoutent : « tu veux mon dessert ? » (il y a une sorte de solidarité et de compassion du maigre vers le gros)

    Comment maigrir ? Les maigres et les nutritionnistes ont tous leurs recettes pour réussir le challenge de maigrir :
    - Il suffit de …
    - C’est facile de maigrir, faut moins bouffer, non ?
    - Il faut bouger plus (t’as essayé de bouger avec un sac de ciment de 50 kgs dans les bras ?) …
    - Faut écouter son instinct et ses sensations (justement, c’est ce que je fais depuis 10 ans)
    - A la TV :  tu es obligé de te taper toutes les émissions sur les gros qui maigrissent, c’est sensé t’intéresser quand tu es gros
    A l’hypermarché, les démonstratrices se précipitent, leurs tartines à la main :
    « Goûtez Monsieur » (un gros comme çà, çà doit bouffer et tout aimer)
    Dans l’avion.
    L’hôtesse qui voit mal avec ton ventre :
    - « Vous avez attaché votre ceinture ? »
    - T’inquiète pas, je suis tellement calé entre les 2 accoudoirs que ton avion peut faire des loopings. Je ne vais pas bouger… Au fait pour la ceinture, tu as une rallonge ? (humiliation suprême).
    Quand à utiliser les toilettes, oublie ! Impossible d’y entrer (et surtout d’en sortir) …
    La partie de son corps que Votre Père préfère ?
    Ses pieds.
    C’est l’endroit le plus sympa. Un pied, çà grossi pas beaucoup …
    Publié par Votre Père à l’adresse 18.7.11

    Commentaires fermés

    LA NATURE DANS NOS PRODUITS DE BEAUTE

    La nature s’invite dans nos produits de beauté

    Notre peau et nos cheveux sont sans cesse mis à mal par des cosmétiques bourrés de composants chimiques plus que douteux et chers. Stop ! En plus d’être bons pour notre corps, les produits 100% écolos sont aussi économiques. Alors être belle oui, mais pas à n’importe quel prix !

    LE TOP ARTICLES
    Le top 5 des produits faits maison

    Les composants chimiques des produits de beauté agressent parfois la peau. STOP ! Revenons aux recettes de nos grands-mères, pour le bien de notre corps mais aussi de notre porte-monnaie.

    Lire la suite

    Le savon d’Alep : naturel et économique !

    Le naturel te poursuit jusque dans ta salle de bain. Écolo par excellence, le savon d’Alep est celui qu’il te faut pour nettoyer ta peau, préserver la planète et sauver tes économies !

    Lire la suite

    Les huiles végétales : dans ma salle de bain !

    Véritable secret de beauté ancestral, les huiles végétales font partie des indispensables pour une beauté sublimée et une peau en parfaite santé !

    Lire la suite

    La beauté, c’est ma tasse de thé !

    Boisson préférée des Anglais, le thé ne se consomme pas uniquement avec un nuage de lait à 17h ! Quelques sachets suffisent à donner à ta peau ce dont elle a besoin.

    Lire

    Commentaires fermés

    PLAISIRS DE PESTE

    Bienvenue chez Plaisirs De Peste

    Boutique en ligne de vêtements féminins

    animation

    Enfin un site qui vous propose toute une gamme de tenues sexy et toride à tout petits prix.
    Créée par une femme et dédiée aux femmes fatales, érotiques, un tantinet impertinentes qui aiment et assument leur féminité et leur sensualité.
    Que vous soyez à la recherche d’un corset pour modeler votre silhouette, d’une tenue clubwear pour sortir en club libertin, d’un déguisement sexy pour faire une surprise à votre compagnon de jeux ou d’une tenue provocante juste pour le plaisir, ici vous trouverez forcément votre bonheur sans vous ruiner.
    Ne choisissez plus entre qualité et prix, Plaisirs De Peste vous offre les deux.

    facebooktwitter

    NOUVEAU

    Plaisirs de Peste vous offre désormais la possibilité de choisir entre deux forfaits pour le transport de vos articles.

    - Colissimo suivi remis contre signature arrive directement à votre domicile en 48 heures pour un forfait de 8 euros offert dès 100 euros d’achat.
    - Mondial Relay pour réceptionner votre colis en 72 heures à moins de 5 minutes de votre domicile ou lieu de travail dans le point relais de votre choix pour un forfait de 5 euros offert dès 60 euros d’achat.
    La livraison en point relais est moins onéreuse que la livraison à domicile.
    Cette solution a aussi l’avantage des horaires plus flexibles qu’offrent les petits commerçants de quartier en restant ouverts tardivement la semaine voir le week-end.
    Alors faites vous plaisir, passez commande et ne restez plus bloqué chez vous à attendre votre colis ;o)

    Rejoignez-nous sur facebook ou twitter et profitez des avantages réservés à nos amis.

    Plaisirs De Peste vous souhaite une bonne visite.

     

     

    Panier

    Aucun produit

    Expédition 0,00 €
    Total 0,00 €

    Panier Commander

    Newsletter

     

    Commentaires fermés

    WP Login